Les Autogreffes (greffes prélevées en même temps).

Une autogreffe est une greffe d’os prélevé ailleurs (en arrière des dents de sagesse, sur le menton, sur le crâne…). C’est sans doute avec ce type de greffe que l’os est de meilleure qualité.

Où peut-on prélever de l’os ?

Plusieurs sites de prélèvement sont possibles, le choix du site dépend de la quantité d’os nécessaire et est discuté lors de la consultation avec le chirurgien.

  1. Prélèvement crânien : une incision est pratiquée dans le cuir chevelu. Le prélèvement est effectué sur la couche osseuse superficielle de l’os crânien respectant la couche profonde qui protège le cerveau. Ce prélèvement est pratiquement indolore et laisse peu de cicatrice apparente, car elle est masquée dans les cheveux.
  2. Prélèvement osseux iliaque : l’incision est située au niveau de la crête iliaque (partie supérieure de la hanche, constituant la ceinture du bassin) et laisse une petite cicatrice. Ce prélèvement peut être douloureux et gêne la marche et la pratique du sport pendant une quinzaine de jours.
  3. Prélèvement mandibulaire : il est réalisé au niveau de la mâchoire inférieure soit dans la région du menton soit au niveau de l’angle des mâchoires. L’incision se situe au niveau de la gencive.

Les risques au niveau du site de prélèvement :

Le prélèvement osseux est une opération parfaitement réglée et les complications sont exceptionnelles :

  • Prélèvement crânien :
    – risque d’hématome crânien qui pourra nécessiter la réalisation d’un scanner en urgence en cas de signe clinique particulier et une évacuation secondaire. Cette complication est rarissime,
    – perforations accidentelles de la couche osseuse profonde. Un traitement adapté est alors immédiatement appliqué.
  • Prélèvement osseux iliaque
    – risque d’hématome ou d’infection (abcès) qui pourra nécessiter une évacuation secondaire,
    – douleurs chroniques du site de prélèvement, troubles de sensibilité de la cuisse.
  • Prélèvement mandibulaire
    – risque d’hématome ou d’infection (abcès) qui pourra nécessiter une évacuation secondaire,
    – des troubles de la sensibilité de la lèvre inférieure peuvent persister quelques semaines, ne justifiant pas de traitement complémentaire. Le risque d’anesthésie durable est exceptionnel de l’ordre de 2 à 3%. Au delà de deux ans d’évolution, un trouble persistant de la sensibilité doit être considéré comme définitif,
    – fracture irradiée de la mandibule nécessitant un traitement adapté.

 Indications :

Le prélèvement d’os crânien permet de réaliser toutes les reconstructions osseuses étendues qu’il s’agisse d’épaissir des crêtes (apposition osseuse) et/ou de combler des cavités sinusiennes.