Injections de toxine botulinique dans le traitement des rides de la face

Utilisation de la toxine botulique

  1. L’indication de la toxine botulique doit être portée, pour chaque patient, par un dermatologue ou un autre médecin habilité à faire des injections, ou confirmé par ce dermatologue si vous êtes adressé par un autre médecin. Les meilleures indications sont les rides de la glabelle (rides du lion), du front et de la patte d’oie. Au cours de cette consultation, le médecin vous donnera toutes les explications sur ces injections et calculera la dose de toxine botulique qui vous est nécessaire.

  1. Déroulement des injections : le jour des injections, vous n’avez pas besoin d’être à jeun. Pour les femmes, il faut venir sans maquillage ou l’enlever avant les injections. Pendant les deux heures qui suivent, il est recommandé de ne pas faire de sport intensif et de ne pas vous allonger. Il faut également éviter les massages locaux pendant les 24 heures qui suivent la séance pour limiter le risque de fuite du produit vers les muscles périphériques. Il est très important de minimiser les risques de bleus ou de saignements des régions traitées, en ne prenant pas d’aspirine ou de médicaments agissant sur la coagulation du sang, pendant les 8 jours qui précèdent et 8 jours qui suivent les injections.

  1. Effets : les résultats son visibles au bout de quelques jours. Pendant les 15 premiers jours, les effets sur le visage peuvent être variables avant de finir par se stabiliser. Les effets durent environs 4 mois environ. Les résultats se prolongent plus longtemps avec la répétition des injections (6 à 10  mois)

Une consultation est conseillée 2 semaines après les injections pour juger des résultats.

  1. Fréquence des injections : les injections doivent être réalisées plusieurs fois à 3 – 5 mois d’intervalle afin d’obtenir une certains stabilité du résultat. Il est recommandé de ne jamais rapprocher à moins de 3 mois les séances des injections pour éviter notamment de créer une résistance au produit. En cas de peau épaisse ou de «cassure profonde», il peut être nécessaire de réaliser d’autres techniques (comblement) pour optimiser le résultat ; c’est votre médecin qui adaptera les doses, les fréquences et les traitements associés.

Quelles précautions adopter?

Vous devez informer le médecin

  1.    Si vous êtes déjà soigné(e) par des injections de toxine botulique pour des spasmes pathologiques, si vous avez eu un épisode de paralysie des muscles de la face, si vous souffrez d’une maladie neuromusculaire, d’un thymome (tumeur bénigne ou maligne qui se développe au dépens des cellules du thymus, organe situé devant la trachée) ou de trouble de la coagulation. Il jugera avec votre médecin traitant de l’opportunité des injections et de la meilleure manière de procéder s’il y a lieu.

  2.   Si vous prenez des médicaments de la famille des aminosides (antibiotiques), des anticoagulants ou de l’aspirine, si vous êtes allergique à l’œuf ou à l’albumine. L’injection est alors contre-indiquée.

  3.     Le fait d’être enceinte, même de quelques jours seulement, nécessite de repousser la date des injections après la grossesse et l’allaitement éventuel. Vous devez par conséquent, en cas de moindre doute, effectuer les examens nécessaires et en communiquer les résultats au médecin.

  4.    D’une manière générale, vous devez mentionner au médecin le moindre problème de santé rencontré afin qu’il apprécie l’opportunité des injections.

Quels sont les risques?

Ils sont transitoires, rares mais peuvent être gênants :

  1.   Localement : rougeur ou hématome (bleu) au point d’injection, gonflement autour des yeux qui peut s’installer en 4 à 5 jours et décroître ensuite en quelques jours ou semaines, troubles de la sensibilité avec sensation de tension du front ou de fixité, douleurs fugaces oculaires ou faciales.

  2.   Imperfections de résultats : persistances de ridules, asymétrie, surélévation d’un sourcil, troubles de la mimique. Elles feront l’objet d’une correction rapide soit par toxine soit par d’autres techniques.

  3.       Complications : maux de tête, descente du sourcil ou de la paupière, sécheresse oculaire et de manière exceptionnelle: allergie, nausées, vertige, fatigue, syndrome grippal, sécheresse cutanée ou buccale.

Les actes à visée esthétique en particulier les injections de toxine botulique ont pour objectif de vous satisfaire dans des proportions réalistes. Il arrive cependant que l’effet escompté ne soit pas atteint et que les résultats obtenus augmentent au contraire des troubles psychologiques préexistants. Le vécu post-injections peut être extrêmement différent d’un patient à l’autre, et ce, même avec un résultat esthétique comparable. Dans le cas de la toxine botulique, le rajeunissement est obtenu en contre-partie d’une diminution, voire d’une disparition de certaines expressions du visage. Cet aspect a été évalué avec vous pour éviter les risques de déconvenue, notamment si vous êtes acteur, présentateur…

Le consentement

Votre dermatologue ou spécialiste vous a communiqué toutes les informations sur les éventuels aléas relatifs à ce type d’interventions, les effets secondaires possibles, les inconvénients mineurs et les risques connus inhérents à cet acte médical, et a discuté avec vous des alternatives chirurgicales ou thérapeutiques. Votre consentement aux injections fait suite à cette information détaillée et suffisamment claire pour arrêter votre choix. Si l’un quelconque de ces points restait incompris, vous devez lui en faire part dès maintenant.

Cette correction esthétique n’est pas pris en charge par le Sécurité Sociale.